Zanar Requiem
| Bienvenue |

Rejoignez-nous dans l'univers fantastique de Zanar Requiem,
où se mèle combats, magie, aventures et mystères !

Incarnez un Juge ou un Ange du côté du BIEN,
ou sombrez vers le MAL en jouant un Démon ou un Banni...

Nous vous attendons nombreux =)




Une Guerre millénaire orchestrée par des Clans avides de pouvoir... Serez-vous pour le Bien ou pour le Mal ?
 
CarteBestiaireAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Quelque part, un quai...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Sybelle
Poussière de Braises
Rang à Déterminer
avatar

Féminin

Inscrit(e) le : 12/06/2008
Âge : 29
Messages : 23

| MEMBRE |
INACTIF
Messages RP : 14
Statut RP : ??
Localisation RP : Parquage
Feu
Capacité Spé. : Nappe de Brume
Double-Compte : n°2
Archer

Informations Personnage
Age: 26 ans
Animal: ZAPHIRA - Panthère noire
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Quelque part, un quai...   Jeu 17 Juil 2008 - 18:04

Le quai allait au rythme des vagues, ballottant. Plusieurs nuages se dessinaient dans le ciel bleu, laissant ainsi passer la lumière dorée de l’astre du ciel. Une légère brise soufflait. Puis, d’autres nuages se formèrent à grande vitesse, emplissant bientôt le ciel, mais par leur faible opacité, laissaient passer la lumière sur le monde, juste en dessous, qu’ils dominaient. Tout à coup, il émergea de cette belle et valeureuse lumière une soudaine et brutale secousse. Le ciel s'obscurcit alors et, au même moment, les douces caresses du vent s'intensifièrent pour devenir d’incessantes bourrasques soulevant la mer, soudain prise de furie et qui, fourrageant, sembla faire tout en son pouvoir pour emporter dans ses abîmes toute chose qui pusse se trouver à sa portée et qu'elle brisait alors aussitôt en mille épaves. Le quai était, d'ailleurs, en proie à ses assauts. Tout était tel que l'on eut cru que Zeus, dieu du Ciel, déchargeait sa colère sur le monde entier et allait, dans le paroxysme de cette fureur, le détruire. Les mouettes, soudain prises de folie elles aussi, sortirent de la mer et, de leurs gueules puantes et béantes qu'elles leurs découvrirent, se mirent à aspirer les hommes présents au fond d’elles.

Plusieurs minutes s'écoulèrent. L'esprit lui-même des mouettes semblait être contrôler par la Mer, qui, déchaînée, hurlait contre le monde. Tout n'était plus que chaos, puis, aussi soudainement que tout était apparu, tout s'arrêta.

La mer se calma et le temps sembla suspendu... Les gens autour ne bougeaient plus, comme s'ils craignaient un nouvel élan de fureur des Divinité Supérieures. Puis, après quelques instants de gel impénétrable qui envahit les corps sous ce soleil de plomb, tous retournèrent à leurs occupations et les dernières minutes passées ne semblèrent plus avoir existées. Seuls témoins oculaires subsistants: les débris de quais n'ayant pas résistés aux assauts de la mer et qui reposaient maintenant à la surface de l'eau, ballottés par les vagues.

Au loin, un bateau s’approchait du rivage à une vitesse excessive, mais personne ne s’en aperçut. Alors, dans un monde parallèle, une détonation se fit, et soudain, une onde invisible parcouru la mer entière, prenant naissance à des lieux de distance du bateau. Quelques instants plus tard, la mer bleue tourna au vert et une vague se souleva soudain. Le bateau eut alors envie de jouer et se mit à faire du surf sur celle-ci. Puis, la vague se dissipant dans la mer, il accosta, et on pu alors admirer sa grosseur, étant restée la même que lorsqu’on l’eut aperçut pour la première fois sur l’immensité liquide au loin. Un craquement assourdissant se fit soudain entendre et de joyeuses têtes squelettiques se mirent à émerger des trappes réservées aux sorties des boulets de canon. Puis, dans un second craquement, plus puissant que son prédécesseur, le bateau explosa en mille débris et libéra 12 squelettes et demi, gais et souriants, de 17 centimètres additionnés de 4 millimètres de hauteur. Les débris du petit bateau retombèrent alors en infimes grains de sable qui se dispercèrent soudain, emportés par la légère brise du vent.

Les squelettes se mirent alors tous à danser sur le sable chaud, faisant brûler leurs petits pieds, donnant ainsi l'impression que de la fumée zébrée en noir et blanc sortait de leur cages thoraciques. S’exprimants en même temps dans le dialecte d’un autre monde, ils aperçurent alors l’improbable et l’accueillirent à force de grands(petits et très aigus) cris! C'est alors que d'un même mouvement, ils se dirigèrent vers l’objet de leur jouissance et que, à l'instar d'une entité, se prosternèrent devant lui( ou elle Wink ) :


(J'adore Boris Vian! J'ai essayé d'écrire dans son style. À vous de poursuivre dans le style que vous désirez! )
Revenir en haut Aller en bas
 

Quelque part, un quai...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zanar Requiem :: [Hors Jeu] Espace Détente :: Bavardages :: FloodLand & GameLand -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit