Zanar Requiem
| Bienvenue |

Rejoignez-nous dans l'univers fantastique de Zanar Requiem,
où se mèle combats, magie, aventures et mystères !

Incarnez un Juge ou un Ange du côté du BIEN,
ou sombrez vers le MAL en jouant un Démon ou un Banni...

Nous vous attendons nombreux =)




Une Guerre millénaire orchestrée par des Clans avides de pouvoir... Serez-vous pour le Bien ou pour le Mal ?
 
CarteBestiaireAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

 

 Les rescapés de Zanar-Requiem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Vincent Valentine
Pousse de Soja
Nouvel(le) Arrivant(e)
avatar

Masculin

Inscrit(e) le : 11/02/2008
Âge : 27
Messages : 396

| MEMBRE |
INACTIF
Messages RP : [color=brown]81[
Statut RP : Mercenaire
Localisation RP : Réunis dans la lumière, menant les rescapés de Zanar dans l'ombre.
Feu
Capacité Spé. : Nappe de Brume
Double-Compte : n°2
Arutha Shinzawaï

Informations Personnage
Age: 34 ans
Animal: CERBERE - Cerbèrus
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Les rescapés de Zanar-Requiem   Mar 17 Nov 2009 - 1:50

[Topic à ne pas polluer par du flood ou autre poste non-rp. Ceci est un topic sans importance mais qui a pourtant un grand intérêt pour les participants (et où vous pouvez participer). Car quand Vincent s'ennuie, il vient sur Z-R et rp comme il aime le faire Wink]


    ~ Nous nous retrouvons ce soir autour d'une histoire qui a changé l'âme du Monde. Même les créateurs n'auraient pu prédire que des choses sombres détruiraient l'univers de Zanar Requiem.
    Mais là où il y a massacre et destruction, là où la noirceur la plus totale règne en Maitre absolue, une fine lumière subsiste. Cette lueur, comme une goutte d'eau dans une coulée de lave en fusion serait capable d'illuminer l'espoir éparpillé aux quatre coins de ce Monde. La flamme qui anime un groupe de personnes, on les nomme les rescapés de Zanar-Requiem.
    Nous ne savons que très peu de choses sur ces personnes, leurs nombres, noms et même races reste inconnus... Quoi qu'il en soit, les rescapés ont toujours été là, même de loin. Ils ont vu la décadence s'emparer de ce qu'ils connaissaient.
    Malgré toutes ces choses qui annihileraient n'importe qui et n'importe quoi, ces hommes et ces femmes sont restés fidèles... La Terre et les peuples de Zanar ont souffert... Plus rien n'existe, le désert est Maitre. Alors que dans un désert sans fin, toujours des nomades il y a, pour y vivre et prospérer.
    Les battisses furent autrefois grandes et luxuriantes, animés par les populations. Aujourd'hui, tout n'est que flamme et écroulé. A travers ce paysage de mort, un homme à la longue chevelure d'ébène scrute les moindres recoins de ce qui fut la grande Réserve des Bannis. Cet homme, un démon au cœur d'ange est l'un de ces survivants. De sa longue cape aussi rouge que ses yeux enflammés, aussi rouge que le bandeau qui lui saigne le front. Armé de son pistolet à triple canons, accompagné par son fidèle compagnon, Cerbère...
    Mon histoire ne raconte pas la légende qui ombre son passé, simplement le bruissement du vent tentant de vous susurrer le nom que porte cet étrange homme à l'odeur canneberge... Vincent Valentine.
    Il n'était pas puissant et craint de tous. Il était tout simplement respecté par ses qualités, apprécié par ses idées et suivit par son courage. Démon de naissance, un amour luisant comme la braise, caractérisé par un laconisme étonnant, il était l'incarnation typique du personnage sombre et ténébreux. Pourtant, Vincent restait amicale, certes peu bavard, mais tout aussi loyal et dévoué.

    Accroupi sur la seule tour encore debout et suffisamment stable pour le soutenir lui et son familier, l'homme au regard de feu attendait la venue d'amis de longues dates. Disparaissant derrière sa longue cape rouge déchirée en de multiples endroits, il se faufila, tel le vent à travers les fenêtres brisées d'un ancien Temple, tel le sable à travers la grande rue. Cerbère le suivait de près, sautant de murs en murs, de piliers de bois fracassés et rongés par le temps, le duo avait repéré ce qu'il attendait avec impatience.
    Le sujet de leur attente, c'était ce qu'il y avait le moins dans le monde de Zanar Requiem. La présence de vie humaine. En effet, les hommes et les femmes de toutes races restaient cachés et reclus dans les abysses, là ou rien ne pouvait les atteindre, si ce n'est la solitude et la tristesse. A la différence de ces gens là, les rescapés de Zanar tante du mieux qu'ils peuvent de se battre. Mais face à quel ennemi ? Un ennemi invisible possédant une arme terrifiante, le Néant.
    C'est par un courage impassible et une détermination sans limite que nos rescapés vont tenter de réunir leurs forces, afin de vivre ouvertement sous les rayons de l'astre solaire.

    Vincent réapparu derrière une ruelle, Cerbère à son pas. L'autre se trouvait là, une ombre parmi les ombres. Mais qui cela pouvait-il bien être ? Le manque cruel de lumière ne permettait pas à Vincent de distinguer cet inconnu, qui n'en serait finalement pas un. Mais qui ? Qui se trouvait en face du démon à la longue chevelure d'ébène ?.. ~



Dernière édition par Vincent Valentine le Mar 17 Nov 2009 - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Doriak Horkost
Flamme Eternelle
Colonel des Limbes
Flamme EternelleColonel des Limbes
avatar

Masculin

Inscrit(e) le : 17/02/2008
Âge : 25
Messages : 318

| STAFF |
MODERATEUR
Messages RP : 121
Statut RP : Sous-Chef ~ Colonel des Limbes
Localisation RP : Château Démoniaque
Feu
Capacité Spé. : Nappe de Brume
Double-Compte : n° 2
Zarlien Matsev

Informations Personnage
Age: 20 ans
Animal: TORINIAK - Pégase noir
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   Mar 17 Nov 2009 - 22:03

[Je suis du même avis que Vinc' sur son texte entre crochet au début du message]

Tout n'étais que désolation, que c'était-il passé, qu'est-ce qui pouvait avoir rongé Zanar ainsi ? Un monde entier, en ébullition, des guerres, des alliances... Et tout cela, détruit. Il ne restait rien, des ruines tout au plus. Les hommes, les animaux, toutes les espèces vivantes étaient à l'image de la splendeur de Zanar. Oubliée. Cachés on ne sait-on, attendant peut-être une renaissance, peut-être simplement un espoir.

Le cœur lourd, le colonel des Limbes, chef des armées démoniaques... De ce qu'il en restait. Rien. Volait au dessus de la cité de leurs éternels alliés, la réserve des bannis.
Était-il le dernier survivant ? C'est ce qu'il semblait. Quelques légères vibrations rompaient parfois l'éternel silence qui régnait maintenant. Du vent. La ville n'était déjà pas très joyeuse, mais les ruines des bâtiments déjà sombres à l'origine, étaient repoussantes. Un gros avantage toutefois, l'étrange disparition de toute pollution. L'air était pur, pur de toute saleté, pur de tout son. Désolant.

Sans prononcer une seule parole, Doriak fit comprendre à sa monture, son fidèle Toriniak, le pégase noir, qu'il souhaiter descendre, déambuler dans les rues, seul. Il n'avait plus prononcé une seule parole depuis bien longtemps, il n'avait plus personne avec qui parler, il était seul, désespérément seul.
Un atterrissage en douceur, sur la rue principale de la réserve. Fut un temps, celui aurait provoqué des cris, de surprise d'abord, qui pouvait bien être assez fou pour voler dans la purée de poix autrefois omniprésente ? Puis des cris de colère, il aurait déranger, ainsi au milieu de la rue.
Dés qu'il faut sur ses pieds, Doriak jeta un simple coup d'œil à son ami, le seul qu'il lui restait, son pégase. Lequel s'envola dans l'instant, laissant seul son cavalier, l'esprit vagabondant, repensant à ses anciens amis... Nexarius, Vincent, Luna, Frayze... Et tant d'autres, disparus, sûrement morts. Mais il ne fallait pas y penser, c'était trop douloureux. Lui, le fier soldat, l'élite des démons, il avait mal en songeant à des amis perdus, il avait pourtant vécu si longtemps sans contact...

Le nomade parcouru ainsi les rues, rêvant, revoyant les lieux comme ils étaient autrefois, ombres fugaces dans un esprit égaré. Il aurait tellement voulu pouvoir lutter, tenter de faire revenir Zanar, de sauver ce qui pouvait l'être. Mais pour cela, il lui aurait fallu un ennemi, un être que l'on peut toucher, blesser, que peut-on face à l'oubli ?
Une petite ruelle, quelques souvenirs, il s'était battu ici, un jour. Même sans le brouillard, ce passage restait sombre. On distinguait à peine ses mains. Un bruit. Une caresse. Du tissu sur du tissu, un bruit qui n'aurait même pas pu exister sans le silence de mort qui régnait. Il n'avait pas fallu plus pour réveiller l'esprit de combattant dans démon.
Ennemi ou ami ? Les pillards pullulaient au début de la fin, ils étaient maintenant très peu, mais ils existaient. L'être dans son dos s'était immobilisé, bon signe ? Peut-être, il attendait donc de connaître son identité, pas un tueur sans vergogne. C'était toutefois avec une extrême lenteur qui Doriak entreprit de se retourner, une main sur la garde de son épée.


*Une cape d'un rouge sombre. Tout le monde pouvait en porter une comme cela. Une longue chevelure ébène. Pas si rare après tout. Le chien. Non, c'était impossible. Il n'en existait qu'un, et il ne le quittait jamais. Serait-il possible ? Non. Mais tout de même. Si, ça ne peut-être que lui. *

Vincent ? Serait-ce... Possible ?

Sa voix lui paru roque, il n'avait plus parlé depuis tant de temps... Il préférait ne pas trop espérer, tenant toujours la garde de son épée, hésitant à sauter dans les bras de l'inconnu.
_________________




Rival et ami de Nexarius depuis l'enfance
Assassin du maitre de Wisdomen
Revenir en haut Aller en bas
http://www.zanar-requiem.com/demons-valides-f57/doriak-horkost-s
Ewodanel Way'ziam
Lueur d'Espoir
Mer / Vagabond(e)
Lueur d'EspoirMer / Vagabond(e)
avatar

Masculin

Inscrit(e) le : 10/05/2009
Âge : 26
Messages : 30

| MEMBRE |
ACTIF
Messages RP : 01
Statut RP : Mercenaire
Localisation RP : Aucune
Vent
Capacité Spé. : Clairvoyance
Double-Compte : Aucun

Informations Personnage
Age: 28 ans
Animal: Aucun
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   Mer 18 Nov 2009 - 1:26

[C'est d'autant plus émouvant que c'est mon premier post' avec ce personnage... xD]

Ewodanel s'y était pourtant habitué, cette fraîcheur qui parcourait l'intérieur de son corps et que lui infligeait la malédiction de "l'ancêtre" comme il s'aimait à l'appeler à présent... Mais le contraste paraissait encore plus saisissant à ce moment même où il y pensait, bizarrement il éprouvait une certaine douleur aussi sur son épaule droite...

*Ça démange... Non ça picote... Hmm... Après réflexion, je dirais plus que ça brûle en fait..."

C'est là aussi qu'il se rendit compte que s'il faisait noir, ce n'était pas parce qu'il faisait nuit mais parce qu'il n'était pas conscient. Il ne s'en rendit d'ailleurs compte qu'en voyant les habituelles volutes de fumées blanches brouiller ce noir si opaque normalement propre au sommeil, mais pas à celui du Juge qui voyait des spectres chaque nuit... Encore l'œuvre de l'ancêtre... Depuis quand était-il là? Comment était-il tombé dans les bras de Morphée sans même s'en rendre compte? Il creusait au plus profond de son crâne et cherchait au fin fond de ses réminiscences. Au bout d'un certain temps, quelques minutes ou quelques heures, allez savoir, il se rappela être allé sur les décombres de la maison de ses parents, avoir entendu un bruit puis plus rien... Le trou noir.
Hormis le fait qu'il sentait toujours cette brûlure au niveau de son épaule droite, il sentait que le froid envahissait même l'extérieur de son corps et cela l'inquiéta... Il commençait à avoir peur de voir apparaitre un long tunnel avec une grande lumière attirante dans le fond de celui-ci... Il fallait qu'il se réveille et détermine ce qui lui arrivait... Sans qu'il puisse se rappeler si il l'avait voulu ou non, ses yeux s'ouvrirent... La saturation l'empêcha tout d'abord de se concentrer et il faillit retomber de stupeur dans les abysses à la fois inquiétantes et rassurantes... Tout en plissant les yeux, il tenta de découvrir ce qui était à l'origine du contraste chaud et froid pratiquement insupportable maintenant qu'il en était réellement conscient...

Il découvrit alors quatre choses successivement... Premièrement, l'origine de la brûlure était simple, une poutre en bois et en flammes, mélange noir et incandescent, gisait à quelques centimètres de son épaule... Avec un léger gémissement, il roula sur le ventre, sa main gauche sur son épaule cuisante... C'est là qu'il découvrit, à travers ses cheveux sales qui entrecoupaient sa vision, une ville désolée, abandonnée, détruite et encore en destruction... Les flammes mettaient en cendres des quartiers qui ne lui étaient pas connus... D'ailleurs, nouvelle question, comment était-il arrivé là? Cette question s'évanouit rapidement. Les larmes l'étouffaient. La vue d'un corps calciné lui avait laissé imaginer son père et sa mère qui mourraient prisonniers de leur propre maison, de leur propre foyer était plus exact étant donné que celui-ci avait sans doute été leur bucher... Quand il eut calmé sa respiration, il se rendit enfin compte d'une deuxième chose... Ses vêtements étaient complètement arrachés et les lambeaux qu'il lui restait ne suffisait pas pour le couvrir... A vrai dire, il était même carrément nu au milieu de ce qui avait dû être une place de marché... Il sentit ses joues rosir à l'idée qu'on puisse le voir puis se rendant soudain compte qu'il était seul, abandonna toute pudeur... Il se leva, chancelant, ses membres engourdis... Il vit alors qu'il était au centre même d'une sorte de cratère... Des traces noirs sur les contours de celui-ci évoquaient une explosion, il observa alors son corps plus attentivement... Intact. Hormis la brûlure causé par la poutre, il n'avait rien... Le réflexe un peu sot sans doute qu'il eu fut de lever la tête vers le ciel puis de s'observer à nouveau... Et c'est encore une fois avec stupeur qu'il découvrit à quelques pas de lui, un sac de voyage neuf. Il tendit le bras, s'en empara, il se disait qu'il rêvait, tout cela était trop... Facile et bizarre à la fois...
Dans le sac, on trouvait des vêtements identiques à ce qu'avaient été ceux qu'il portait actuellement; ainsi que Kleze'Ziam, l'épée de son père, dans un fourreau superbe. Ce dont elle n'était pas parée avant...

Trouvant cela un peu trop pour lui en quelques minutes, il observa les alentours, à la recherche d'une quelconque personne pouvant lui expliquer ce qu'il venait d'arriver... Car tout cela n'était pas rationnel pour lui...


*Bref, évitons de rester à poils dans le coin... Ce serait con si il y avait quelqu'un...*

Il s'habilla, donc. Au moment où il enfilait sa dernière botte, il entendit un bruit furtif derrière lui... Une ruelle sombre, rien de visible..
. * Sûrement une poutre qui craque à cause des flammes, tentons de trouver des gens et de savoir où l'on est... *
Il parcouru la ville pendant une demi heure environ sans trouver autre chose que de la ruine, on aurait dit qu'une guerre avait eu lieu ici... Soudain, au détour d'une rue, il découvrit deux hommes qui s'observaient mutuellement... L'un aux cheveux d'ébènes était adossé à une tour branlante, un chien à ses côtés, l'autre avait les cheveux blancs et était placé au milieu de la rue, suivi de près par un cheval ailé... Pour le moment, rien ne paraissait dans leur visage, il faut dire qu'Ewodanel était à une trentaine de mètres d'eux, il s'approcha donc, dissimulé par un tas de bois informe qui par bonheur n'était pas en feu, il se hissa dessus et s'apprêta à crier pour signaler sa présence mais il ouvrit à peine la bouche que le gars au cheveux blancs disait à l'autre :
Vincent ? Serait-ce... Possible ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.zanar-requiem.com/presentations-f4/ewodanel-way-ziam-
Azazel Arkrantar
Etincelle des Abysses
Mer / Vagabond(e)
Etincelle des AbyssesMer / Vagabond(e)
avatar

Masculin

Inscrit(e) le : 22/06/2009
Âge : 25
Messages : 30

| MEMBRE |
ACTIF
Messages RP : 04
Statut RP : Mercenaire
Localisation RP : Sierra - Ruelles
Feu
Capacité Spé. : Patience
Double-Compte : Aucun

Informations Personnage
Age: 26 ans
Animal: Aucun
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   Mer 18 Nov 2009 - 15:04

[Suite non chronologique de "Tout commença par un tonneau kamikaze....]

Et c'est sur cette image qu'Azazel se réveilla. C'était ainsi qu'il avait réellement commencé sa vie... Pas très glorieux... Et les autres, Elenne, Rann, Arwen, qu'étaient-il devenus depuis le temps ? Étaient-ils morts, ou erraient-ils comme lui parmi les décombres du monde et les sables du temps ? Il n'y avait aucun moyen de le savoir. Azazel se ressaisit alors, d'autant qu'il entendait les bruits de pas de Roger qui serait bientôt là. Ce dernier tira brusquement les rideaux.

<< Aza ! Viens voir !
- Mais euh, je veux pas y aller maman...
- Sérieux, viens voir là ! >>


Bertrand les rejoint alors :


<< Nan ! Mais s'il te dit qu'il veut pas y aller, laisse le dormir un peu !
- Oh toi la ferme ! Depuis qu'Aza t'as imaginé on a que des emmerdes !
- N'empêche que c'est plus marrant !
- On verra si tu diras encore ça quand on sera tous morts par ta faute !
- Eh, fermez là...
- C'est bon ! Je pouvais pas savoir qu'en appuyant sur le bouton rouge ça ferait exploser la taverne !
- Mais quand on ne sait pas à quoi sert un bouton on n'appuie pas dessus ! C'est du bon sens !
- Soyez sympa les mecs, fermez là...
- Question de point de vue. Moi je considère qu'on avance pas sans prendre de risque !
- Ah ! Parce que devoir sauter de deux étages pour atterrir dans la boue afin de pas se faire griller, t'appelle ça avancer !
- LA FERME !!! >>


Les deux protagonistes disparurent soudainement. Aza se leva, descendit au rez-de-chaussé et s'assit à une chaise. La petite boite avec le bouton rouge était toujours là... Il se demandait ce que cela pouvait bien être et d'où cela venait... La dernière fois qu'il en avait vu une il avait commis l'erreur d'appuyer et d'attendre pour comprendre pourquoi cela faisait "Tic-Tac". Sa guérison avait d'ailleurs été longue et c'était un miracle qu'il soit encore en vie... Cette fois-ci il prit la décision de la conserver avec lui pour l'étudier dès qu'il en aurait le temps.
En attendant, le garde manger était vide et il fallait se décider à partir. Il sortit de chez lui, fixant toujours la petite boîte qu'il avait dans ses mains, si bien qu'il ne remarqua pas tout de suite les trois personnes qui étaient là... Lorsqu'il réalisa qu'il n'était plus seul et qu'il était au beau milieu du champ de vision de ces inconnus, il leva précipitamment les mains au ciel en criant :
<< C'est pas moi ! >> et la boite lui glissa entre les doigts allant frapper contre le sol. Il entendit alors un "Tic-Tac".

<< Courez !!! >> hurla-t-il comme un désespéré.

Il appliqua immédiatement son bon conseil, ne prenant même pas la peine de regarder si les autres le suivaient.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.zanar-requiem.com/bannis-valids-f58/arkrantar-azazel-
Luna Aa'rthel
Poussière de Braises
Civ / Etudiant(e)
Poussière de BraisesCiv / Etudiant(e)
avatar

Féminin

Inscrit(e) le : 28/07/2008
Messages : 28

| MEMBRE |
ACTIF
Messages RP : 24.
Statut RP : Civil / Dom. Intellectuel & Culturel
Localisation RP : Château Démoniaque
Feu
Capacité Spé. : Nappe de Brume
Double-Compte : n° 1
Elya

Informations Personnage
Age: 16 ans
Animal: Kuro - Chat/Chauve-souris
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   Mer 18 Nov 2009 - 18:07

    // Comme promis, je poste avec Luna : )
    Vers l'infini & l'au delà !! //


    Autrefois, régnait une alternance sauvage de paix et de guerre, d'alliances et de trahison. Les terres de Zanar ont goûté au sang de son peuple, ont baigné dans les larmes de souffrance destinées aux êtres chers perdus mais ont aussi été bercées dans les rire d'hommes et de femmes, d'enfants et de vieillards. Une guerre entre différentes races en opposition omniprésente n'empêchait au reste du peuple de vivre dans la joie et la bonne humeur. Cependant, c'était un destin funeste qui allait frappé toute vie humaine, qui allait décimé des civilisations entières.
    La Mort avait fait de Zanar son royaume, réduisant au silence éternel tout ceux qu'elle jugeait inintéressant. Restent ceux qui ont su contrer le destin, ceux qui n'ont pu s'y soustraire. Une lueur vacille, fragile mais présente, au milieu de cette désolation. Des survivants se terrent un peu partout, tandis que la Mort les traque. Le plus grand prédateur de la race humaine était désormais bel et bien présent, et tout ceux qui osaient s'opposer à lui ne purent guère respirer longtemps. Un combat silencieux mortel.
    La silhouette qui se glisse parmi des tas de ruines, que l'on peut apercevoir au coeur de la Réserve des Bannis, avait si souvent vu la Mort de prés que ce combat n'était que futile. Cette âme vagabonde, seule ombre mouvante sur un territoire désert de vie. Luna Aa'rthel, jeune soeur du Souverain des Démons, errait à présent au sein même des vestiges d'une vie passée. Elle n'avait qu'un but : retrouver des semblants de vies humaines. Tout un peuple ne pouvait avoir disparu de la sorte, si elle même s'en était sortie. Une brise légère mais lourde des restes de cris de désespoirs et de haine, apportait avec elle la triste noirceur dont était recouvert Zanar. La solitude était présente, accablant la jeune démone. Ou pas.


    « Bordel ! Tu pourrais pas faire gaffe où tu fous tes pieds ?! »

    Luna baissa la tête vers la chose insignifiante nommée Kuro qui se tenait devant elle. Ou plutôt, à ses pieds. Cette créature insolente, aussi intelligente qu'un éléphant rose aux poids vert, aussi rikiki que son cerveau – du moins de la chose qui lui servait de cerveau – était son seul et dernier compagnon. Celui qui l'accompagnait depuis des lustres et faisait de sa vie un enfer.

    « Je t'avais pas vu. J'veux pas dire, mais t'as la taille d'un moustique. »
    « Parce qu'en plus t'oses m'insulter de moustique ?! »
    « De moustique aussi con qu'une mouche. »
    « Tu sais c'qu'il te répond le moustique ?!! »
    « La ferme, buveur de sang. »


    Des propos toujours aussi fins, d'une beauté rarissime. Entre eux deux, c'était toujours un amour dévorant qui les unissait. N'allez pas croire que la fin du monde allait changer en quoi que ce soit leur relation ! L'Apocalypse a beau s'être présentée poliment, ces deux là l'avait envoyer balader avec une finesse inégalable. Inutile de s'étonner que la Mort n'ait toujours pas réussi à les emprisonner. Alors que certains étaient voués au silence éternel, eux étaient plutôt dévoués aux gueulantes éternelles. Quoiqu'il en soit, il s'agissait bien de leur plus belle preuve d'amour.

    « Bon, la Chose, tu viens ? »
    « GNE ! »
    « J'prends ça pour un « Okey, merveilleuse Luna. » ! »


    Protégée par sa cape de voyage, Luna pénétra dans les restes d'une ville. Son capuchon lui tombait sous les yeux et la pénombre lui cachait le reste du visage. Son corps athlétique mais frêle était lui aussi caché, on ne pouvait distinguer de la jeune fille que sa peau pâle. Son éternel meilleur ami vampirique voletant à ses côtés, l'adolescente arpenta plusieurs ruelles, évitant soigneusement de finir empaler contre un morceau de bois. Même qu'elle ne se gêna pas de projeter d'un revers de la main Kuro qui lui cachait la vue, ce qui l'envoya s'écraser sur un mur où un pot de fleurs du niveau supérieur lui tomba sur la tête.

    « Oh ! Des tulipes ! » s'exclama la bestiole avant de se tourner vers sa maîtresse et lui balancer une magnifique valse d'injures pour lui faire comprendre qu'il était encore vivant. Luna le fit taire de la main, des bruits d'une ruelle parallèle lui étaient parvenus. Ainsi, des personnes se trouvaient présentes dans ce même endroit qu'elle. Simples brigands ou survivants ? Pour en avoir le coeur net, il n'y avait qu'une solution. Alors qu'elle rabattait son capuchon encore plus son visage pour la dissimuler entièrement, un homme passa à côté d'elle en courant, l'air totalement désespéré. L'écho de son « Courez !!! » retentissait encore derrière lui. Un nuage de poussière s'éleva à cet instant et la jeune fille ne put distinguer si les personnes auxquelles cet étrange personnage s'était adressé accouraient à leur tour. Un Tic-tac plus sonore que les autres retentit et Luna eut juste le temps de se projeter à terre dans la ruelle voisine qu'elle venait de quitter qu'une déflagration explosa dans la ruelle.

    Luna se leva à la vitesse de l'éclair, elle avait perdu sa cape au passage, tandis que la malheureux Kuro qui s'était tout pris dans la face hurla comme un dégénéré :


    « Bande de tarés ! »

    Puis il éclata dans un « couic » et un « couac » les pauvres restes du canard en plastique jaune calcinés qui lui étaient tombé dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Valentine
Pousse de Soja
Nouvel(le) Arrivant(e)
avatar

Masculin

Inscrit(e) le : 11/02/2008
Âge : 27
Messages : 396

| MEMBRE |
INACTIF
Messages RP : [color=brown]81[
Statut RP : Mercenaire
Localisation RP : Réunis dans la lumière, menant les rescapés de Zanar dans l'ombre.
Feu
Capacité Spé. : Nappe de Brume
Double-Compte : n°2
Arutha Shinzawaï

Informations Personnage
Age: 34 ans
Animal: CERBERE - Cerbèrus
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   Jeu 19 Nov 2009 - 0:18

[HRP :Luna, un moustique aussi con qu'une mouche ? xD ! ...Merci à vous autres de participer, ça fait chaud au coeur. Pour le moment, je propose qu'on se regroupe tous, afin d'attendre d'autres rôliste. Après, j'ai quelques idées pour l'évolution du jeu (en plus de vos propres idées personnelles Wink).]


    ~ Ainsi résonne dans le monde, la cloche qui transporta à travers sa puissante mélodie les Hommes à se rencontrer. Vincent laissa Doriak se retourner. L'inconnu n'en était plus un. Chef des armées de l'Enfer, bras-droit de Nexarius Aa'rthel, et par dessous tout, frère d'arme du démon à la longue cape rouge. De sa typique chevelure d'un blanc immaculé, le regard aussi sombre que son ami mais penchant vers le gris, Doriak Horkost avait survécu ! Le destin les avait mené à se rejoindre, après tant d'aventures, de batailles... Ensemble ils avaient dirigés, gagnés, soufferts... Mais aujourd'hui, le duo infernal venait de se retrouver. A ce moment précis, en présence de son compagnon, Vincent savait que tout était possible.

    La voix de son frère d'arme était quelque peu rocailleuse, peu habitué à se faire entendre disons. Mais la mine du Colonel des Limbes restait bonne en cette funeste époque. Ainsi, il doutait que Vincent soit encore en vie, d'après son étonnement. Il relâcha la mise sur son arme. Fixant intensément son ami.
    « Satisfait que tu sois en vie...

    Et oui, Vincent restait le même, parler pour pas grand chose, exprimer ses sentiments, ça n'était pas son fort. C'était même rare, mais Vincent pouvait aligner plus de dix mots quand la vie de ses compagnons étaient en périls , car après tout, quand on accompagne l'homme à l'odeur canneberge, rien ne peut vous arriver temps qu'il peut faire quelque chose. Les retrouvailles des hommes furent interrompu rapidement. Sentant la présence d'un homme dans son dos... Encore un survivant ? Ou une créature naissante de l'ombre ? Pas le temps de répondre à cette question qu'un second homme faisait son apparition. Visiblement, cet autre inconnu ne semblait pas remarqué qu'ils se trouvait en présence d'autres êtres vivants. Cerbère commençait à s'impatienter et devenir nerveux. Content de retrouver l'ami de son maitre, l'afflux de deux autres personnes dans un lieu ou seul les rats se baladaient furtivement, ne le laissait pas tranquille.
    Le second inconnu s'aperçut enfin qu'il se retrouvait en plein milieu d'autres personnes, surprit, il lâcha une étrange boite qu'il tenait entre ses mains tout en poussant un cri que Vincent perçu comme un "c'est pas moi !". Alors que l'homme qui se trouvait derrière eux attirait l'attention de Cerbère, Vincent baissa les yeux pour regarder la boite sur laquelle il y avait un bouton rouge.

    -Hum...

    Puis, l'homme à la boite poussa un second cri qui, après être passé par le décodeur, voulait dire "courez !"... Un tic-tac s'échappa de la boite. Une bombe. Vincent était un Maitre d'arme, rien dans le domaine de la guerre, des armes et du combat ne lui était inconnu, c'était un savoir qui lui était cher et qui lui avait sauvé plusieurs fois la vie. Jetant son regard de braise sur cet homme au visage inexpressif qui fuyait, pour finir par jeter son regard sur Doriak.

    -Tu attires toujours les ennuis....


    Vincent fila à la vitesse du vent, pour s'éloigner le plus possible tant qu'il le pouvait, c'est alors qu'il vit une jeune fille un peu plus bas, elle n'était pas très loin de là ou se trouvait la boite.

    *Ses cheveux...*

    Tournoyant dans le ciel sous l'apparence d'un fin tissus rouge, Vincent se rua vers cette jeune fille aux cheveux violets. L'explosion s'étala dans un petit diamètre d'envergure, le souffle par contre fut intense et Vincent se retrouva projeté contre le mur d'une bâtisse, soulevant une légère nappe de poussière.... Se relevant, une légère douleur dans le dos, cherchant celle pour qui il venait encore une fois de risquer sa vie. Elle était là, un peu plus loin. Vincent s'approcha, plongeant son regard dans celui de la démone. Arrivé à quelques centimètres d'elle, il posa un genoux à terre, et enlaça Luna, serrant la tête de la jeune fille contre son puissant torse avec toute la douceur du monde.
    Cerbère qui était posté sur une poutrelle en bois, jaugeait la scène.

    - L'un pour lui donner la force de continuer, l'autre pour lui donner une raison... Le trio légendaire des Enfers est enfin réunit, je sentirai presque la mort vibrer face à cette nouvelle... ».
    Après ces quelques mots, l'animal sauta dans une ruelle adjacente afin d'inspecter les environs...
    ~

Revenir en haut Aller en bas
Kyussider
Poussière de Braises
Mil / Berserker
Poussière de BraisesMil / Berserker
avatar

Inscrit(e) le : 18/05/2008
Messages : 115

| MEMBRE |
ACTIF
Messages RP : 54
Statut RP : Militaire / Unité de la Garde Fantôme (IV)
Localisation RP : En compagnie des Rescapés
Feu
Capacité Spé. : Vol
Double-Compte : n°2
Edward

Informations Personnage
Age: 28 ans
Animal: Aucun
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   Ven 20 Nov 2009 - 23:43

« Courez ! »

« Courez ? » répéta le démon étonné. Depuis quand n’avait-il pas entendu une voix autre que la sienne ? Trop longtemps surement. L’homme qui avait hurlé aurait pu être n’importe qui, un ange, un démon, un banni ou même un juge, mais il aurait voulu le serrer dans ses bras, rire avec lui, échanger une tape chaleureuse dans le dos, comme deux bon vieux amis se retrouvant après de longues années. Inconsciemment des larmes commencèrent à couler le long de ses joues, traçant un sillon clair dans la poussière qui recouvrait son visage, il ne les essuya même pas, incapable de faire le moindre geste. Il pensait être le seul, tel un Robinson Crusoé d’un nouvel âge, accompagné d’une folie qui le guettait, attendant la moindre faille pour s’engouffrer. Et là se dessinait à quelques pas un espoir, une aurore sur une longue et hostile nuit.

Un objet non identifié passa à toute allure pas loin, soulevant un nuage de terre qui masqua pendant un moment une partie du ciel bleu qui recouvrait Zanar depuis quelques temps. Le démon pris alors conscience de toute l’importance du simple mot qu’il avait entendu, crié à qui voulait bien l’entendre. Pourquoi un homme prendrait t’il la peine de hurler à un monde désertique, si ce n’est pour prévenir d’un grand danger ? Kyussider prit tout de même le temps de sortir une cigarette de son paquet, quasiment vide (fin du monde oblige). Ses ailes de feu se déployèrent lentement derrière son dos et d’une légère impulsion il se souleva de terre et prit la même direction que l’homme qui l’avait dépassé. S’il y a bien une chose qui est frustrante, en plus de celle de fuir, c’est de ne pas savoir ce que l’on fuit.

Une explosion retentit, le démon déstabilisé par le violent souffle de l’explosion chuta violement sur le sol, heurtant un sol sur de pavé et de gravas. Il releva la tête, un fin filet de sang s’échappait de l’arrière de son crane, mais rien de bien méchant, si l’on omet cet horrible mal de crâne. Mais sa cigarette gisait, éventrée, quelques centimètres plus loin, le tabac se répandait sur le sol alors que le bout incandescent ne rougeoyait plus… Horreur.

Il se releva avec difficulté et regarda rapidement autour de lui. Il aperçu un démon avec un long manteau rouge (bien moins classe que le sien évidemment…), qui enlaçait une jeune fille sonnée. A mieux regarder, il reconnaissait l’homme, Vincent, il était présent à la bibliothèque, endroit où ils avaient livré un sacré combat à l’époque où ils se battaient pour quelque chose…. La jeune fille était présente aussi, c’était la sœur de Nexarius.
Le démon s’approcha d’eux à une distance respectable, ne voulant pas, pour une fois, mettre les pieds dans le plat.

Il esquissa un poli toussotement.

Vous me verrez désolé d’interrompre ce moment, mais si tout vas bien pour vous et même si au plus profond de moi je rêve d’un câlin, pourriez vous m’expliquer ce qui vient de se passer !?

[HRP : ça fait zizir de Rp ici! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.zanar-requiem.com/demons-valides-f57/kyussider-t236.h
Doriak Horkost
Flamme Eternelle
Colonel des Limbes
Flamme EternelleColonel des Limbes
avatar

Masculin

Inscrit(e) le : 17/02/2008
Âge : 25
Messages : 318

| STAFF |
MODERATEUR
Messages RP : 121
Statut RP : Sous-Chef ~ Colonel des Limbes
Localisation RP : Château Démoniaque
Feu
Capacité Spé. : Nappe de Brume
Double-Compte : n° 2
Zarlien Matsev

Informations Personnage
Age: 20 ans
Animal: TORINIAK - Pégase noir
Pouvoirs & Armes:
MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   Sam 21 Nov 2009 - 0:14

C'était donc bien Vincent, LE Vincent, Vincent Valentine. Quelles étaient les chances qu'ils se retrouvent tous les deux en cet instant, à cet endroit ? Sûrement minimes, ce qui augmentait encore le plaisir qu'éprouvait Doriak à la vue de son frère d'arme.

« Satisfait que tu sois en vie...
De même à ton égard Vincent...

Le démon hésita un instant sur la manière de saluer son vieil ami, poignée de main ? Embrassade ? …Il n'eut malheureusement l'occasion de faire aucune de ses idées, un autre être humain étant apparu, amenant avec lui une confusion générale. Visiblement, la boite noire qu'il venait de laisser tomber à terre n'était pas inoffensive, Vincent lui même ayant pris le parti de fuir, non sans avoir pris le temps de lui lancer une petite pique qui fit sourire le colonel. Il se permit même de répondre avec bonne humeur :

C'est amusant, je pensais justement que c'était toi l'aimant à problèmes !

L'instant d'après, Doriak partait dans le sens opposé à son compagnon, passant en "super vitesse" pour la première fois depuis longtemps. Ce qui, bien sûr, ne se passa pas sans un petit problème, une dénivellation du sol qu'il n'avait pas vu. Il manqua de s'écrouler dans la poussière mais se reprit juste à temps pour se plaquer dans l'encadrement de l'une des maisons de la ruelle, se protégeant ainsi de la plupart des dégâts.
La bombe explosa dans la seconde, projetant de la poussière dans toute la ruelle, explosant les quelques fenêtres restantes, ébouriffant les cheveux du colonel. Puis tout redevint normal, comme si rien ne s'était passé.
Doriak sorti donc de son abri pour repartir vers la rue principal, encore étonné de l'affluence dans la réserve des bannis : 3 personnes au même endroit par hasard était une chose rare de nos jours. D'autant plus qu'un quatrième homme était maintenant présent, que le démon n'avait pas eut le temps de voir avant de devoir se cacher de la déflagration. Une petite fille aux cheveux violets était aussi dans les bras de Vincent... Une fille aux cheveux violets, aux yeux violets... Luna ! Et quelques secondes plus tard, c'était Kyussider qui venait vers eux, quémandant une explication qui manquait aussi au démon aux cheveux blancs. C'était décidément une vraie réunion des anciens combattants. Impressionnant.[/i]

Content de te revoir Luna, et toi aussi Kyussider. Je dois avouer que moi aussi j'aimerai bien qu'on m'explique quelques petites choses. Qu'est-ce que c'était que cette boite noire ???

Il fini sa phrase en fixant l'homme à la boite, il n'aurait su dire pourquoi, mais cet être ne lui inspirait pas confiance. D'instinct, il porta la main à son épée, vérifiant qu'elle était bien là avant de se reprendre, se disant qu'une bagarre sur un malentendu serait malvenue à l'aube de ce qui semblait être une renaissance à Doriak, alors qu'il retrouvait ses vieux. Peut-être Zanar n'était-il pas mort finalement, peut-être ces êtres présents autour de lui étaient les piliers de sa nouvelle ère.
_________________




Rival et ami de Nexarius depuis l'enfance
Assassin du maitre de Wisdomen
Revenir en haut Aller en bas
http://www.zanar-requiem.com/demons-valides-f57/doriak-horkost-s
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les rescapés de Zanar-Requiem   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les rescapés de Zanar-Requiem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zanar Requiem :: [Hors Jeu] Espace Détente :: Bavardages :: FloodLand & GameLand -
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit